Muriel Rodolosse : Le Dialogue des Cimes

Exposition Muriel Rodolosse : Le Dialogue des Cimes au Château de Gordes

 

Vernissage de l’exposition, vendredi 22 juin de 18h00 à 20h30

Plaçant la question critique de la mobilité au centre de sa pratique artistique, Muriel Rodolosse a imaginé une exposition intuitive dans laquelle elle tisse des dialogues réels ou imaginaires. Elle présente une exposition intitulée Le dialogue des cimes dans laquelle un ensemble d’oeuvres, principalement des tableaux, sonde l’infra-mince naturel.

Montrant la matérialisation d’un réseau naturel sensible, à la frontière du vide, de l’invisible, de l’inaudible, de l’entropie, de l’apparition, ses oeuvres nécessitent observation et concentration. Ne se plaçant pas dans une réception immédiate, ses peintures nécessitent du temps pour être appréciées pleinement. Elles apparaissent dans une expérience active de la vision.

Pour cette exposition au château de Gordes, Muriel Rodolosse a été inspirée par le rapprochement entre deux figures : le livre La vie secrète des arbres de Peter Wohlleben et la peinture sonore de Knud Viktor.

D’origine danoise, Knud Viktor a vécu pendant 50 ans dans le Lubéron près de Gordes, sur la commune de Cheval-Blanc. La nature sauvage qui l’entourait, devient son studio. Il n’aura de cesse de bricoler et d’inventer des instruments pour enregistrer et filmer l’imperceptible comme le vers suçant le jus dans la pomme ou le rêve du lapin au fond de son terrier, l’infinitésimal comme l’action obstinée de l’érosion ou la croissance des asperges, l’éphémère comme la mue de la cigale, ou l’incommensurable.

A cela l’ingénieur forestier Peter Wohlleben lui répond que les arbres sont des êtres sociaux qui prennent soin les uns des autres, qu’ils ont des émotions et une mémoire et que la plupart de leur vie se passe sous terre dans ce réseau souterrain et invisible. Comme on écoute l’araignée tissant sa toile dans l’oeuvre sonore de Knud Viktor ou la forêt qui pousse plutôt que l’arbre qui tombe, la peinture de Muriel Rodolosse se découvre dans la relation, le son et le silence, et la mobilité. Le procédé d’exécution des tableaux n’est pas étranger à ce principe de déplacement.

Muriel Rodolosse n’a jamais peint sur toile, la voyant comme trop autoritaire par sa texture et sa souplesse, elle lui préfère un support plus lisse et plus neutre. Depuis 1996, elle peint sous Plexiglas. Rigide et transparent, toute la peinture se pose à l’arrière. L’artiste construit le tableau dans son inversion : elle commence par les détails et finit par le fond. La stratification des plans est donc inversée, parfois mixée. Dans ce mouvement entre la face lisse offerte au regardeur et qui interdit tout repentir, et la face intérieure, les coulisses en quelque sorte, qui accueille le geste, l’intimité de l’oeuvre, se joue le lieu de la peinture entre ce qui apparaît et ce que l’on cherche.

Dans ce dialogue Muriel Rodolosse crée une esthétique du sensible que l’observation active du spectateur préserve de la banalité.

 

Muriel Rodolosse est née en 1964, après des études à Bordeaux, elle séjournera à Chicago. Elle vit aujourd’hui entre Bordeaux et Paris. Son travail a été montré dans plusieurs expositions personnelles en France, en Espagne, en Allemagne, aux Etats-Unis, en Iran. Elle prépare actuellement une exposition pour le musée de la ville d’Oslo et en septembre elle sera à la Galerie municipale Jean Collet à Vitry-sur-Seine. Parmi ses expositions personnelles The Opposite Balance, Shirin Gallery, Téhéran (2018), Centre d’art Château Lescombes (2017), Galerie Gowen Contemporary, Genève (2015), Centre d’art contemporain Georges Pompidou, Cajarc (2014), CAC Château des Adhémar, Montélimar (2014), X degrés de déplacements, Frac Aquitaine, Bordeaux (2011), Musée Calbet, Grisolles (2012), Just around the corner, Berlin (2010). Rodolosse a été dans plusieurs résidences d’artistes, John David Mooney à Chicago (1996), Maisons Daura à Saint- Cirq-Lapopie (2007), Chamalot (2009), La Pommerie (2010), Moly-Sabata (2013). Plusieurs catalogues d’exposition lui ont été destinés et en 2011 le Frac Aquitaine lui a consacré une monographie. Elle a obtenu le Grand Prix du Salon d’art contemporain de Montrouge et le Premier Prix de la Biennale d’Issy-les-Moulineaux.

 

Château de Gordes
Place Genty Pantaly – 84220 Gordes
22 juin –> 4 nov.
Tous les jours sauf le lundi, de 10h-12h30 & 13h30-18h
dda-aquitaine.org/fr/muriel-rodolosse/
N.C.